J’ai évoqué plusieurs fois l’anime adapté du manga de CLAMP : Cardcaptor Sakura – ou Sakura, chasseuse de cartes en VF – qui m’a énormément marqué dans mon enfance et m’a invité à m’intéresser aux mangas et animes en général comme j’ai pu le dire dans une précédente chronique (lire l’article) mais à vrai dire, à ce moment là j’avais oublié à quel point cet anime était de qualité. Le fait de revoir la saison 1 dans son intégralité a été l’occasion pour moi de redécouvrir un anime qui tient toujours la route aujourd’hui.

Pour les quelques jeunots au fond qui ne connaîtraient pas du tout la série, on y suit les aventures de Sakura Kinomoto, jeune écolière de 10 ans qui trouve un jour dans la bibliothèque de son père un bouquin intitulé le « Livre de Clow ». Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’en ouvrant ce livre, elle va libérer par la même occasion toutes les cartes magiques qu’il contenait et qui vont foutre le boxon dans la ville. Sakura, aidée par le gardien des cartes Kerberos – ou Kero -, devra donc se lancer à la recherche de ces cartes et les sceller avec son sceptre magique.

L’intrigue ne tarde pas à se lancer puisque qu’après une présentation du quotidien de Sakura et de son entourage, on passe rapidement au pivot de l’épisode : la découverte du livre de Clow ainsi que la rencontre avec Kero suivi par la capture de la première carte de Clow : Fly – que l’on reverra très souvent tout au long de la série – qui conclue ce premier épisode. Un premier épisode qui donne le ton de l’anime : à savoir une ambiance légère avec ce petit côté tranche de vie, ces personnages attachants, une bonne dose d’humour et cette romance Sakura/Yukito parfois gnan-gnan mais bon ça reste une série Magical Girl donc c’est normal – et ça reste bien plus digeste que bon nombre d’autres animes. Une bonne dose d'humour au rendez-vous aussi !L’intrigue est plutôt simple pour une bonne partie de cette saison puisque la structure de chaque épisode est identique avec une tranche de vie suivie par l’apparition d’une carte, d’un combat puis de sa capture. Néanmoins la première saison ne tourne pas en rond pour autant : chaque carte étant unique, chaque épisode propose des histoires originales – ce qui permet de ne pas être perdu si on prend la série en cours – et apporte son lot de petites surprises et pour peu que l’on soit sensible à l’ambiance, on se retrouve très rapidement immergé par celle-ci.

L’arrivée de Shaolan Li, grand rival hongkongais de la chasseuse nippone, à l’épisode 7 et plus tard celle de sa cousine Meilin Li, mini tsundere en puissance – permet d’ailleurs de dynamiser très rapidement cette première saison. Et les épisodes dramatiques eux-même viennent encore booster la saison comme le génial « Sakura et son double » que j’adorais quand c’était diffusé à la télé et qui reste toujours l’un de mes épisodes préférés aujourd’hui. D’ailleurs une petite sélection d’épisodes que j’ai beaucoup apprécié et qui valent le détour : « La broche mystérieuse », l’excellent « Une journée sans fin », « Sakura et l’arc-en-ciel » ou encore « Dans la peau d’un autre » pour ne citer qu’eux. L’intrigue reçoit encore un deuxième coup de boost avec l’arrivée de la mystérieuse Mlle Mizuki, personnage qui prendra de l’importance notamment dans la 2ème saison que je vous présenterai plus tard.

 

La carte fly en action !Au niveau visuel, CCS s’en tire vraiment bien avec des décors plutôt propres et bien travaillés pour la plupart, un jeu de lumière joli, un chara-design vraiment sympathique – certaines cartes sont vraiment magnifiques – et qui est assez fidèle au style CLAMP. Par contre je regrette que la version proposée par IDP ne soit pas une version remasterisée ce qui fait que l’image accuse tout de même son âge car parfois assez floue. J’espère que l’on aura le droit à la récente version Blu-Ray bien plus jolie et surtout en 16/9 un jour en France – c’est d’ailleurs cette version que je vous ai mis en vidéo sur l’article. La série reste tout de même agréable visuellement et c’est le principal.

Pour continuer sur la réalisation artistique, parlons un peu de la bande son qui est vraiment de bonne qualité. L’OST est tout bonnement énorme et sait soutenir l’action comme il se doit avec des themes variés qui sont pour une bonne partie magnifique et qui vous marquent – je pense par exemple à ‘Kibou no Yokan’ que l’on entend à chaque fin d’épisode ou ‘Sakura no Thema’ dont je pense tous ceux qui ont vu la série s’en rappelleront. L’Opening ‘Catch you, catch me’ et l’Ending ‘Full Groovy’ de la saison n’en sont pas en reste puisqu’ils sont vraiment agréable à l’oreille – du moins en VO.

Ce qui m’amène au doublage qui est bien-sûr de qualité différente selon la version que vous choisissez : au début j’ai choisi la VF par nostalgie et bien qu’elle ne soit pas mauvaise, il faut l’oublier. Entre les openings/endings massacrés – et je ne parle pas du très bizarre ‘Can’t take your nagging anymore’ qui était juste utilisé pour la diffusion sur M6 –, les noms francisés à outrance pour tous les personnages et les voix pas terribles on a tôt fait de passer à la VOSTFR. Et là c’est tout autre-chose, personnellement j’ai accroché direct au doublage qui est vraiment au top et les sous-titres français me semblent plus proche de la série que la VF simple. D’ailleurs j’ai eu l’agréable surprise de voir que les sous-titres reprenaient bien l’histoire originale et non la version censurée de la VA et de la VF qui omettaient les relations parfois ambigües – pour ne pas dire gays – entre certains personnages et certains éléments scénaristiques qui étaient changés sans raison. Et si ça ne suffit pas à vous convaincre d’écouter en VO, j’ai l’argument imparable : Kero doublé par Aya Hisakawa et qui vaut à lui seul d’écouter en Jap’ tant le doublage est bon – sérieusement, ses ‘konynyachiwaaaaa’ me tuent à chaque fois. x]

 

Bref, si vous ne connaissez pas cet anime je ne peux vous inciter fortement à le regarder rien que la 1ère saison – vous pouvez choper l’intégrale pour peanuts ici – montre à elle seule à quel point Cardcaptor Sakura n’a pas volé sa réputation d’anime culte. La série possède toutes les qualités qu’un anime doit avoir : les dessins sont jolis, la bande-son en VO est géniale – si vous avez déjà vu la série en VF, faut la revoir en VO parce que c’est un tout autre niveau – et l’intrigue est vraiment sympathique avec une qualité croissante surtout quand on se rapproche de la 2ème saison qui est au top et dont je vous en parlerai probablement dans un article futur.