Hors-Série – Salon du Jeu : Conférence NOOB

Comme promis sur le Twitter, voici donc les 20 premières minutes de la conférence NOOB au Salon du Jeu à Brest qui s’est tenu du 23 au 25 mars dernier et dont j’en ai fait le compte-rendu en deux parties ici-même. (Partie III) Les 20 premières minutes sont divisées en trois parties: la présentation de NOOB, et la suite en deux parties à cause des restrictions Youtube ( « Oh la balance eh !  » ). Avant toute chose je tiens à m’excuser de la piètre qualité de l’image due au fait que j’ai filmé avec mon portable (pas moyen de mettre la main sur le camescope), enfin bref passons au plus intéressant.

 

La conférence a donc commencé par une présentation rapide des membres de l’équipe de la websérie présents sur le salon, à savoir : Jonathan Fourcade (Arthéon), Julien Guellerin (Omega Zell), Mathieu Zecchini (Ystos) et Guillaume Durand (T-Man). Cette courte présentation a été suivie de la diffusion du premier épisode de la saison 4.

Omega Zell enchaîne ensuite pour lancer tout simplement le débat et l’on démarre de suite sur le sujet du MMO NOOB. Vient ensuite la question du nombre de saisons où l’on apprend que la saison 5 risque d’être tout simplement divisé en 3 gros épisodes mis en ligne une fois terminés et dont la fin devrait conclure l’histoire sans pour autant empêcher une éventuelle suite. Plus intéressant encore, Ystos enchaîne sur le sujet des spin-off dont Neogicia dédié aux PNJs (Personnages Non Joueurs). D’autres points sont aussi abordés comme l’idée à l’origine même de la série ainsi que de nouvelles infos sur le spin-off Neogicia ainsi que Syrial.

 

 

Vient ensuite mon tour de poser une question (et de faire un FAIL avec le téléphone et le micro, désolé !) où je leur demande leur avis sur le succès de leur websérie qui commence quand même a être bien diffusé entre l’internet, Nolife, les romans, la BD, les DVDs ainsi que le rôle qu’ont pu jouer les poses kawaii de Gaea (mon côté fanboy est ressorti). L’équipe nous donne ensuite quelques infos sur l’organisation de la websérie où l’on apprend que s’il y a bien un fil conducteur, Fabien Fournier (Fantöm) sait s’adapter aux différentes situations qui se présentent à lui et se permet de faire des ajouts directement au moment du tournage ainsi que les contraintes géographiques des membres de l’équipe. On a aussi le droit à quelques infos sur 3 futurs guests et aussi des explications sur les histoires audios de Fabien postées sur le net. Enfin, les NOOB sont revenu sur les productions passées dont les Bitoman.

 

 

BZZZZ – Plus de stockage, ce qui n’est pas plus mal car ça permet de garder une once de mystère autour de la série. – Excuse pourriiiiie~! –

 

Bon, vu que je ne suis pas méchant, voici tout de même quelques infos en vrac qui ont été données par la suite :

  • Le montage est ce qui prend le plus de temps avant la publication de l’épisode puisqu’il faut savoir que rien que l’ajout des curseurs au-dessus de la tête des personnages dans la série demande plus de 30 heures de travail.
  • Ne vous attendez pas à quelque caméo pur et dur de personnage venant d’une autre websérie dans NOOB. S’il y aura bien la présence de guests, ceux-ci seront bien dans un rôle crée pour NOOB et non pas dans le rôle qu’ils tiennent dans leur série.
  • Les flanoob ont été imaginés et tournés au dernier moment à la Japan Expo en un peu plus d’une heure pour le fun.
  • Laurent Charrier (Gladys dans la Flander’s) est prévu pour apparaître en guest.
  • NOOB n’est plus un projet amateur mais ce n’est pas un projet professionnel non plus : l’équipe se considère comme ayant un statut d’hybride ou semi-pro, le projet étant à la base amateur mais ayant dû se professionnaliser un peu pour correspondre à l’attente des fans.

 

Ce que je retiens donc de cette conférence c’est tout simplement la convivialité de l’événement, l’équipe était vraiment sympa et attentive aux fans présents au Salon. C’était une conférence très très intéressante, j’ai appris pas mal de trucs sur la série et pis il y avait aussi quelques anecdotes amusantes.

 

Merci aux NOOB qui ont pris la peine de venir se perdre en Bretagne, c’était carrément génial, j’ai eu beaucoup de plaisir à vous rencontrer et j’espère vous revoir très bientôt !

Compte-rendu – Le Salon du Jeu à Brest #2

…Et on enchaîne directement avec la deuxième et dernière partie de mon compte-rendu sur le Salon du Jeu à Brest ! Si vous n’avez pas lu la première partie, je vous invite à y jeter un coup d’oeil ici.

 

2e jour :

Le Salon ouvrant ce jour-là à 10h, nous décidons de partir pour Brest un peu plus tôt et nous arrivons pile-poil à l’heure d’ouverture devant l’entrée du Salon où l’on remarque qu’il y a déjà un peu plus de monde à l’ouverture que la veille. Encore une fois, les stands ne sont pas tous totalement prêts mais l’on remarque déjà que de nouveaux stands sont arrivés. Une fois de plus je m’approche du stand d’un distributeur d’anime proposant des coffrets collector pour 20€ et au final il m’aura fallu les deux jours du Salon pour me décider à prendre le coffret de l’intégrale de Love Hina.

 

 

On se balade ensuite à travers les quelques stands déjà montés (tels le stand de Katana, de jeux fantasy, de jeux de société, de vente de T-shirt, et j’en passe…) et l’on revient vite sur du rétrogaming, profitant une fois de plus du peu de visiteurs prêts à ne pas faire de grasse mat’ pour squatter les différentes consoles mises à disposition et glandouiller tranquillement.

 

Après s’être baladés un p’tit moment, nous nous arrêtons histoire de chercher quelque-chose à faire, je tourne la tête et là mon cœur s’arrête : je viens de repérer Jonathan Fourcade, celui qui joue Arthéon dans la websérie NOOB ! Faut avouer que l’une de mes principales motivations pour le Salon était justement de rencontrer les NOOB car ça faisait déjà un moment que je voulais les voir, mais ils n’étaient que dans des conventions très loin de là où je suis donc évidemment j’étais super content de savoir qu’une partie de l’équipe faisait escale à Brest.
Enfin bref, je le repère, je stress, je vais ailleurs avec mes deux partenaires de crime et 10 minutes plus tard je le vois à nouveaux, cette fois-ci accompagné de Julien Guellerin (Oméga Zell) en train de regarder une partie de Street Fighter x Tekken. J’hésite un moment, je demande à une amie de sortir son appareil, j’avance d’un pas hésitant et je leur demande une photo. Très sympas tous les deux, ils acceptent de suite et posent avec leur Red Bull – j’imagine que c’est le minimum si on veut survivre face aux fans après un long voyage et tous les préparatifs bien fatigants d’un stand. x]

Photo « en main », je retourne avec Alexis et Manon sur les bornes Nintendo et après quelques minutes de jeu nous nous rendons au Stand NOOB où se tiennent déjà quelques fans en quête d’autographe. Les NOOB se relayent pour tenir la caisse et faire les autographe tout en profitant un peu de l’espace retrogaming se trouvant juste à côté. Pendant ce temps, j’en profite pour tirer quelques photos dans la file d’attente.

 

Mon tour arrive rapidement, je fais dédicacer mon coffret de la saison 3, j’achète la double OST (qui couvre les musiques des 3 premières saisons et qui est très très bon, à écouter ! ) et j’en profite pour faire de nouvelles photos avec Mathieu Zecchini (Ystos) et Guillaume Durand (T-Man).

 

Une fois que nous avons tous eu nos dédicaces et photos, on sort du Salon pour se restaurer dans un bon Quick.

 

De retour du fast-food, je remarque que certains des nouveaux stands ont enfin été mis en place, tout d’abord je découvre un stand de produits typiquement japonais avec notamment de la nourriture japonaise comme de l’eau parfumée, des mochis, des Pocky et des objets bien kawaii. Non loin de là je vois le stand d’Ankama Presse et là c’est quand même une petite déception puisqu’il n’y a que deux hôtes et une simple étagère contenant des Dofus Mag et des IG Magazines…

 

Je me pose ensuite devant un stand assez fun où des gens construisent des monuments à partir de simples Kapla dont je tire quelques clichés puis en m’avançant vers l’espace Fnac je constate que le nombre de visiteur s’est vachement accru et qu’il devient difficile donc de squatter quelconque borne de jeu.

 

Il est bientôt 14h, l’heure de la conférence des NOOB et donc nous nous approchons de la scène principale comme bon nombre de visiteurs, et l’on assiste tout d’abord à une nouvelle démo de Stevelakira qui nous fait quand même plus de 1300 notes d’affilée, puis un petit lancé de goodies par GiiiiiiigaByyyyyyte *ehem* et enfin le moment tant attendu : La conférence des NOOB ! C’était une conférence d’une heure, super intéressante et qui faisait aussi office de débat puisque l’on pouvait poser nos questions et j’ai d’ailleurs eu la chance de pouvoir en poser deux même si j’ai fait deux FAILS en même temps. Enfin, je vous en reparlerai dans un autre article avec les 20 premières minutes que j’ai pu filmer avec mon portable.

 

 

C’est à la sortie de la conférence que je me suis dit que finalement aller aux conventions le  matin c’était carrément bien puisque tout le monde s’est rué sur le stand des NOOB, ça ne désemplissait pas et je n’ose pas imaginer l’attente. Bref, une association est ensuite montée sur scène pour faire un défilé de lolitas ce que j’ai regardé très distraitement et de loin je dois dire puis à 17h, Bernard Minet a fait son entrée et là une très grande partie des visiteurs sont venus s’agglutiner près de la scène, avec notamment beaucoup de trentenaires et plus.

 

Il est venu principalement pour chanter les quelques themes d’anime qu’il a fait et ceux de sa copine Dorothée, Alexis et moi on est restés grand maximum 15 minutes puis on s’est eclipsés – pas très emballés – pour sortir du Salon et décompresser un peu en attendant notre pote, toujours avec Bernard Minet. Et enfin, nous sommes rentrés chez nous.

 

Finalement ce que je retiens du Salon, c’est que même si il était loin d’être extraordinaire, manquait quand même d’ambiance, qu’il y avait pas énormément de stands intéressants – du moins pour ma part – et qu’il n’était pas à la hauteur de mes espérances (pour une attente de 15 000 visiteurs, j’avoue que je m’attendais à plus de grands stands et activités), le Salon du Jeu était  quand même super sympa, il y avait quelques activités bien marrantes, pas mal de bornes de jeu vidéo, du retrogaming et des guests classes. Et pis pour une première convention, j’en garde un très bon souvenir !

 

Je pense réellement que si ils ajoutent plus de grands stands, qu’ils invitent encore des guests cools, et plus d’activités, le Salon pourrait réellement être très bon et gagner en réputation !

 

En tout cas je vous dis à bientôt pour un prochain compte-rendu et merci à vous si vous l’avez lu ! 🙂

Compte-rendu – Le Salon du Jeu à Brest #1

Aujourd’hui s’est achevée la 2e journée du Salon du Jeu à Brest, ne pouvant pas aller a la 3e et dernière journée demain pour diverses raisons, je vous propose donc un petit compte-rendu de cette convention bretonne en trois parties.

 

1er jour:

Départ de chez-moi à 7h pour me rendre à la fac où je retrouve une amie et une fois Alexis arrivé, nous voilà partis à 9h direction Brest où nous attend une journée bien remplie et bien kiffante. Le Salon n’ouvrant qu’à 14h, nous décidons de passer la matinée à fureter dans les différentes boutiques de jeux-vidéos/mangas. Nous nous arrêtons tout d’abord à la Fnac où je repère un boîtier collector de My Santa de Ken Akamatsu contenant une figurine, je m’attends à un prix de 40-50€ et donc j’évite de prendre la boîte… grossière erreur: Alexis la voit et découvre qu’elle ne coûtait que 10€ et décide de l’acheter – en me demandant bien gentiment avant si je préférais l’acheter en voyant mon air désespéré. Bref, un McDo plus tard nous revoilà à déambuler dans différents magasins de jeux-vidéos et force est de constater que de nos jours il devient difficile de trouver de véritables bonnes occasions dans les magasins quand ils s’alignent tous sur les même prix même si j’ai eu le plaisir de trouver Legends of Wrestlemania neuf à 5€ dans une enseigne GAME…

 

Après cette balade nous y voici, ma toute première convention – et de surcroît en presse – le Salon du Jeu qui nous dévoile une première surprise: au lieu d’utiliser les grandes entrées publics, on se retrouve face à un mini-chapiteau, c’est p’tet bête mais tout de suite ça fait moins classe.

Bref, on entre dans le parc d’expositions, une dame nous remet nos bracelets en nous expliquant bien qu’il ne faut pas les enlever du weekend *ehem* et l’on se retrouve face à un énorme terrain de jeu avec peu de monde, ce qui n’est pas étonnant puisque nous sommes un vendredi après-midi – d’ailleurs les exposants eux-même le savent et certains prennent donc leur temps pour finaliser leur stand. M’enfin cette absence de visiteur nous permet de faire tranquillement le tour du Salon et de bien apprécier les différents stands et activités présentés tels le stand de calligraphie, d’arts-martiaux, de quizz sur les mangas…

Je passe devant l’espace Fnac où se trouvent pas mal de bornes Wii et XBOX 360 et je remarque une plus petite borne consacrée à la PSVita, seule représentante de Sony sur le Salon. Je me rue donc sur cette bestiole pour voir ce qu’elle a dans le ventre, et parmi les jeux présents sur le Home je trouve un certain Gravity Rush dont on m’en avait parlé. Et là petite claque quand même, j’me retrouve finalement avec une mini-PS3 entre les mains dotée d’un jeu au gameplay original et plutôt fun, et je me mets malgré moi à bouger la console dans tous les sens pour utiliser le gyroscope. Autant dire que si elle avait eu un meilleur lineup et un prix pas exhorbitant, cette petite portable aurait eu toutes ses chances face à la 3DS de Nintendo. D’ailleurs, c’est cette console que je teste par la suite quelques minutes avec un Mario Kart 7 pas déplaisant.

Par la suite Alexis et moi, nous sommes défiés à plusieurs reprises sur différents jeux tels GTI Club + et Soul Edge sur les bornes d’arcades proposées par 3HIT COMBO, sur du Dead or Alive 2 sur PS2, du Mario Kart Double Dash, du Tatsunoko vs. Capcom, du Street Fighter x Tekken, du Halo et j’en passe. Niveau jeux-vidéos il y avait vraiment de quoi faire entre les consoles nextgen, les bornes d’arcade et les consoles de l’espace retrogaming.

Sur la scène principale, des activités sont proposées aux visiteurs style Dance central ou Just Dance 3 où une poignée de personne venait donc montrer leurs skills donc rien de bien intéressant, des épisodes de NOOB saison 4 sont aussi diffusés entre deux activités pour les retardataires qui n’auraient pas vu où les gens qui ne connaîtraient pas les NOOB et on retrouve aussi de temps en temps Stevelakira, joueur n°3 mondial de Guitar Hero, qui nous fait des démos tout bonnement impressionnantes, il démarre avec du Nyan Cat pour s’échauffer puis enchaîne avec des chansons complètement barges où les notes défilent à vitesse grand V.

On s’arrête ensuite dans l’espace Asmodee qui propose quelques jeux de sociétés dont OffBoard, une sorte d’Abalone modifié bien sympathique puis on déambule à nouveau dans le Salon, je trouve un joli petit Maneki Neko au détour d’une boutique japonaise tenue par des chinois et finalement je squatte avec mes deux amis les bornes de jeux jusqu’à 18h, heure où l’on part du Salon pour aller voir les quelques boutiques de jeux que nous n’avions pas pu voir le matin et rentrer à la maison.

Chronique – Les jeux d’aujourd’hui sont-ils moins « bons » ?

Comme vous le savez sûrement le retrogaming est revenu à la mode: si il y a 5 ans vous vous disiez « retrogamer », c’était la honte totale mais aujourd’hui c’est être « dans l’coup » et faire partie d’une communauté qui s’accroît considérablement et où l’on voit de plus en plus de jeunes joueurs s’intéresser aux jeux old-school et a l’histoire du Jeu Vidéo en général. On peut alors se demander si cet exode des joueurs est dû à un manque de qualité dans les jeux proposés sur nos consoles nextgen (Playstation 3, Xbox 360 et Wii) ou à autre chose ?

Continuer la lecture de « Chronique – Les jeux d’aujourd’hui sont-ils moins « bons » ? »

Chronique – Ces accessoires qu’on a oublié…

Il y a des jeux, des consoles, des concepts que l’on oublie puis qui reviennent subitement à la mode et à côté il y a des accessoires de jeux qui sont très appréciés de la communauté, qui tombent dans l’oubli… et qui y restent. Aujourd’hui donc petite chronique sur ces accessoires qui m’ont particulièrement marqué et que je vous invite à (re)découvrir. 🙂

Pour commencer parlons un peu du Gameboy Camera, magnifique accessoire sorti vers 98-99 ici.

La GB caméra, avec son gros oeil !

Bien avant l’EyeToy, le Playstation Eye ou la Kinect nous avions le droit à une petite caméra insérée dans une cartouche qui faisait office d’appareil photo ce qui était complètement hallucinant pour l’époque. Ce qui faisait l’originalité et l’intérêt de la bête ce n’était pas vraiment le simple fait de pouvoir prendre des photos de qualité dégueulasse avec sa Gameboy et de les imprimer avec le Gameboy Printer mais tous ses à-côtés. En effet, non-seulement pouvait-on dessiner, faire des trucages et ajouter pleins de petites images rappelant l’univers Nintendo dans nos photos, on pouvait aussi et surtout utiliser nos tronches pour les 3 jeux qui étaient dans le cartouche et c’est là que le fun commençait.

Space Fever II, jeu de shoot utilisant nos photos.

Il y avait « Ball » où l’on devait faire jongler le plus longtemps un Mr.Game & watch qui avait notre visage pour tête, DJ qui nous permettait de faire de la musique Chiptune et enfin mon jeu préféré, « Space Fever II » qui était un jeu de shoot super sympa où le boss était tout simplement notre tête (ou celle d’un gars que vous n’aimiez pas et aviez pris en photo) avec soit une moustache en plus ou des cornes. Franchement l’un des accessoires que j’ai le plus kiffé, je me rappelle avoir passé de longues heures avec mes amis faire des grimaces débiles et à les ajouter dans les jeux et pis surtout autant on avait seulement 3 jeux, autant on prenait bien plus de plaisir qu’avec une bonne partie des jeux Kinect ou Playstation Eye !

Passons maintenant au Gameboy Link qui bien avant le wifi permettait de pouvoir interagir avec d’autres joueurs.

Un simple cordon qui a fait le bonheur de beaucoup de monde.

Évidemment le fait de devoir brancher un fil sur plusieurs consoles pour jouer avec d’autres personnes peut paraître archaïque et sans intérêt face au modes online, ce que je peux aisément comprendre mais il faut savoir que le Link lui permettait quelque-chose qui s’est pas mal perdu avec le online: la convivialité. Personnellement j’ai toujours pris beaucoup plus de plaisir à combattre et échanger des pokémons en ayant mes amis en face de moi qu’en ligne avec un micro pour seul contact avec mes potes par exemple.

Vient en ensuite la VMU Dreamcast, autrement dit sa carte-mémoire, qui m’avait totalement émerveillé à l’époque et encore aujourd’hui.

La VMU à gauche, la manette à droite.

Même si je n’ai jamais eu la chance de posséder une Dream’ jusqu’à cette année, j’ai quand même une certaine nostalgie pour cette console avec laquelle je m’amusais énormément quand je venais squatter chez les voisins avec ma mère. Bref, je me rappelle avoir été très surpris par cette carte-mémoire qui ne s’insérait pas dans la console mais dans l’un des deux ports VMU de la très grosse manette dreamcast et qui surtout possédait un petit LCD et des boutons. Ainsi sur Sonic Adventure 2 par exemple, on pouvait voir s’afficher des icones de nos personnages à l’écran. Mais elle ne servait pas qu’à faire joli cette VMU, elle avait d’autres fonctions bien sympathiques: par exemple dans SA 2 on pouvait transférer notre Chao (p’tite bestiole à élever dans le jeu) directement dans la carte-mémoire qu’on pouvait ensuite retirer de la manette et qui servait de tamagochi, nous permettant de transporter notre Chao partout. Elle permettait donc aussi divers mini-jeux qui pouvaient notamment être joués à deux puisqu’on pouvait connecter deux VMU entre-elles même si leur petite taille ne rendait pas l’exercice pratique.

Je vais maintenant en finir avec un dernier accessoire: le Super Gameboy, accessoire bien sympa que l’on retrouvait sur Super NES. Il s’agissait tout simplement une cartouche SNES dans laquelle on pouvait insérer un jeu Gameboy.

Le Super Gameboy

L’intérêt? Eh bien tout simplement le plaisir de pouvoir jouer à ses jeux Gameboy sur grand écran sans avoir à se soucier de réglages de contraste que nous étions obligés de faire sur la console portable à cause de son écran LCD. D’ailleurs il semble que le concept fut bien accueilli puisqu’une nouvelle version est apparue sur Gamecube: le Gameboy Player. Alors certes l’agrandissement du jeu Gameboy rendait souvent dégueux sur une grande télé, sans parler du son mais ça restait franchement un ajout super sympa et pas spécialement cher compte-tenu du fait que ça agit dans les faits comme une console à part entière, d’ailleurs je ne serais pas contre un DS player pour la Wii ou la Wii U.

Voilà, j’espère que ça vous aura plu et rappelé de bons souvenirs, si jamais vous n’êtes pas d’accord ou que vous trouvez d’autres accessoires cultes, n’hésitez pas à commenter ça m’intéresse. 🙂