Après 3 ans d’attente, nous y voilà : la tant attendue fin de la phase 2 de la Marvel Cinemactic Universe avec Avengers : l’ère d’Ultron ! L’occasion de retrouver enfin nos vengeurs mettre des roustes monumentales sur grand écran pour le plus grand plaisir des fans. Et il faut dire que si le premier opus était plutôt bon (lire ma critique), ce deuxième épisode toujours réalisé par Joss Whedon remplit parfaitement son rôle et surpasse son aîné.

Les vengeurs enchaînent les missions pour mettre un terme aux agissements d’Hydra qui continue dans l’ombre du SHIELD qui lui peine à se relever suite aux événements de Captain America 2. Et c’est à la suite d’une de ces missions, qu’un Tony Stark fatigué prend une décision radicale en créant Ultron, une IA dont la mission est de protéger l’humanité là où l’équipe de super-héros ne peut le faire. Problème : Ultron voit les choses différemment et décide de s’en prendre directement aux vengeurs.

Passé les présentation du premier opus qui servait surtout à présenter l’équipe et préparer la phase 2, Avengers : l’ère d’Ultron a le mérite d’aller à l’essentiel d’entrée de jeu. Ainsi dès les premières images, on a le droit à une bataille survoltée et méchamment stylée, à la suite de laquelle l’intrigue et les nouveaux personnages se dévoilent assez rapidement, ce qui est vraiment cool. Il faut dire qu’en même temps, c’est ce qu’il y a de plus logique pour ce genre de film où l’on cherche avant tout de la baston. Et de la baston, il y en a ! Effets spéciaux à gogo, bonnes chorégraphies, explosions et vannes à tout va, de ce côté-là le film remplit très bien son rôle et nous en met plein les mirettes.

Du reste, suite oblige, on retrouve notre belle bande de supers – à savoir Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, Hawkeye et la Veuve noire – face à de nouveaux personnages très attendus: Quicksilver et sa sœur la Sorcière Rouge, Vision et enfin Ultron. Si la fratrie Maximoff, respectivement joués par Aaron Taylor-Johnson et Elizabeth Olsen, est vraiment convaincante – ce qui est bien, notamment pour la Sorcière qui est très importante dans l’univers de la Maison des Idées – on retient surtout les deux derniers. Tout d’abord il y a Ultron, magnifiquement doublé par James Spader, qui son rôle de vilain à la perfection et qui à mes yeux se révèle ici bien plus charismatique et flippant qu’un Loki. Vient enfin Vision, joué par Paul Bettany, qui j’dois dire m’a bluffé : d’une, parce qu’il est vraiment classe et de deux, car on a un parfait mélange entre l’acteur, le maquillage et du CG qui donnent une sensation assez bizarre quand on regarde le personnage – pour le coup, ça m’a fait penser à une sorte de Max Headroom 2.0 (voir un extrait).

Malgré tout, Avengers : l’ère d’Ultron n’est pas exempt de défauts à commencer par son rythme : certes le film est dans l’ensemble mieux rythmé que que le premier opus néanmoins là où les longueurs du 1er étaient justifiées par la mise en place des personnages, ici les longueurs intempestives sont dues à des scènes sans intérêt. Ce qui m’amène au deuxième point noir : ces scènes servent à mettre en place une romance entre deux vengeurs et un background à un autre personnage, et à mon avis le point commun entre les deux c’est que ces deux histoires sont inutiles, cassent le rythme et ne présentent aucun intérêt pour le spectateur. Ensuite, appréciant de plus en plus les comics, je trouve très triste de voir les Maximoff perdre leur statut de mutants. C’est un peu puriste mais tout de même, le coup des « Optimisés » juste pour une question de droits entre Marvel Studios et la Fox, ça fait mal au derrière. Sans oublier la scène du générique qui n’apporte pas grand-chose et l’absence de scène post-générique, dommage.

Enfin un point pas forcément mauvais mais qui m’a quand même interpellé : les blagues. Le film prend parfois un ton très léger et les personnages balance une bonne dose de vannes, presque trop, à tel point que j’ai eu parfois l’impression de me retrouver face à une parodie ou un HISHE. Les blagues font assez souvent mouche donc ça passe bien, mais j’avoue qu’un peu plus de blague m’aurait p’têt gâché le film.

Avengers : l'ère d'Ultron - Hulk

Au final que retenir de ce Avengers : l’ère d’Ultron si ce n’est qu’il fait mieux que son aîné. Plus d’action, un vilain plus intéressant, moins de longueurs… Joss whedon a ici tenu son pari en nous proposant finalement une aventure qui sans être parfaite se révèle plus dynamique et plus épique encore ! Un très bon divertissement en somme.