Le cas Nintendo, desespéré ? Mon avis.

Les temps sont durs pour Nintendo depuis quelques temps comme s’amusent à nous le rappeler les sites spécialisés et dernièrement, on a encore eu le droit à une petite avalanche d’articles et de tweets annonçant le déclin du géant rouge qui a dû revoir ses prévisions de vente à la baisse. Il semble que se moquer de Nintendo et prédire sa mort soit monnaie courante depuis la sortie de la 3DS – et surtout depuis celle de la Wii U – , pourtant ces moqueries ont-elles lieu d’être ? Pour moi, la réponse est clairement non.

Les ventes de la Wii U et de la 3DS étaient bien en-deçà des prévisions pour le premier trimestre 2014 et il est fort à parier que Nintendo risque d’avoir d’assez grosses pertes cette année mais il faut pas oublier d’une part que la 3DS fait plutôt de bonnes ventes surtout depuis l’année dernière où l’on avait le droit à un gros titre par mois. D’autres part, on parle d’une compagnie de jeux vidéo pérenne depuis les années 80 et dont l’avant-dernière console, la Wii, a eu un succès énorme avec plus de 95 millions de consoles vendues donc j’imagine qu’au niveau des liquidités, Nintendo a largement de quoi tenir.

Quant au passage aux plateformes Android et iOS, certains se plaignent que le President de Nintendo of America Reggis Fils-Aime ne veuille porter ses jeux dessus et là-dessus, je ne peux qu’être d’accord avec le Regginator.

Porter les grandes licences sur smartphones et tablettes, c’est se mettre soi-même une quenelle et c’est quelque-chose que des éditeurs comme Capcom ont bien compris après avoir tenté l’aventure il y a quelques années. Quel intérêt d’aller acheter un jeu à 5€ en dématérialisé si l’on trouve le même pour 1€ sur le Play Store ou l’App Store ? Se lancer là-dedans en balançant des jeux NES par exemple, ça serait renoncer à ces jeux sur l’eShop. Et puis il ne faut pas croire qu’il suffit de balancer une simple rom sur ces markets pour que ça marche. Passer sur ces plateformes ça demande du boulot : il faut revoir le gameplay pour que qu’il marche avec le tactile et en général faut aussi proposer une refonte graphique et autres nouveautés pour donner un réel intérêt, ce qui demande donc du temps et de l’argent.

Maintenant, il est clair que l’entreprise devrait tout de même revoir sa politique parce qu’il y en a eu des erreurs, certaines que l’on peut corriger et d’autres non, à commencer par le nom.

Un nom peu judicieux

C’est vraiment une erreur bête: Nintendo s’est une fois de plus démarqué de Sony et Microsoft tant au niveau du concept de sa console dont la manette comporte un gros écran tactile permettant plein de trucs intéressants pour peu que l’écran soit bien exploité par les développeurs – The Wonderful 101 est un bon exemple – et comme la Wii à son époque, la console a une génération « de retard » au niveau graphique, la firme de Kyoto voulant faire primer le plaisir de jeu sur la surenchère graphique.

Comment foutre tout ça en l’air ? Balancez un nom pourri.

Certains parents ont déjà du mal à capter que la 3DS est bien différente à la DS alors imaginez le nombre de personnes pour qui la Wii U n’est juste qu’une Wii modifiée. C’est normal de vouloir une continuité entre ses consoles mais là dans le nom, rien n’indique de véritable séparation à part le U. Pourquoi ne pas avoir opté pour la solution de facilité: le numéral et donc l’appeler la Wii U ? Ou la Super Wii ? Ou mieux encore, un nom totalement différent ? Parce que pour le coup Nintendo s’est vraiment tiré une balle dans le pied avec ce nom surtout qu’à côté de ça, la console ressemble à une Wii arrondie et que dans les pubs on voit certes le gamepad mais l’on voit toujours la Wiimote omniprésente ce qui n’aide pas non plus à la démarquer.

Une nouvelle campagne de communication ?

Pour ce qui est du point précédent, aucun retour arrière possible mais ça ne veut pas dire que les carottes soient cuites pour autant : la console n’est qu’en début de vie donc Nintendo peut encore se rattraper avec une nouvelle politique de communication. Certes les publicités à la télé restent dans l’esprit familial prônée par l’entreprise mais sérieusement, regardez les pubs Wii et celles de la Wii U et vous verrez quasiment aucune différence alors même que ces dernières sont censées mettre le gamepad en avant.

Et puis faut dire que ces pubs manquent totalement de peps, c’est purement subjectif d’autant plus que c’est un problème récurrent dans la publicité aujourd’hui, mais ces spots télé font super aseptisés et donnent pas spécialement envie de s’intéresser au produit.

Donnez plus d’énergie à votre communication et montrez qu’un produit peut-être à la fois cool et convivial parce que ces images de familles et de soirées entre amis aseptisées à la 7 à la maison, c’est pas attractif du tout. Et pis balancez un slogan percutant bon sang ! Il est passé où le Now you’re playing with POWER de la SNES aux USA ou les pubs qui en balançaient plein la tronche ? Encore une fois, c’est purement subjectif et je dirais même que c’est certainement la nostalgie qui parle, mais bordel cette campagne Wii U…

Des eShop qui gagneraient à être unifiés

S’il y a bien une chose que je ne comprends pas dans la politique de Nintendo c’est bien d’avoir opté pour une boutique virtuelle totalement différente pour chacune de ses consoles. Sur ce point-là, pour moi Big N devrait prendre exemple sur Sony et unifier ses shops Wii U et 3DS. Bien-sûr ils ont commencé à aller dans ce sens en unifiant les porte-monnaie mais c’est pas assez : même si les deux consoles sont d’une puissance bien différente, essayez au moins de proposer une bibliothèque de jeux console virtuelle similaire !

Les deux consoles sont d’une configuration identique avec un écran tactile et je suis sûr que la 3DS a au moins les capacités nécessaires pour émuler jusqu’à la N64. Pis très franchement, j’me trompe peut-être mais je ne pense pas que proposer un système de cross-buy et cross-save à la Sony pour la console virtuelle soit si onéreuse et compliquée à mettre en place et pourtant, je suis sûr que pouvoir acheter une seule fois un jeu SNES, y jouer tranquillou sur Wii U et pouvoir continuer là où l’on s’était arrêté sur 3DS en voiture ou dans une salle d’attente donnerait déjà plus d’intérêt au shop. Surtout avec des jeux NES ou Game Gear qui coûtent 5€.

Un manque de connectivité Wii U/3DS

A défaut d’avoir la possibilité d’acheter de nouveaux gamepad à cause du prix, la 3DS a aussi un écran tactile… pourquoi ne pas proposer une connectivité avec la Wii U ? Sans être révolutionnaire ou décisif, ça permettrait pas mal de possibilités pour du multijoueur plutôt que de forcer ses invités à utiliser une Wiimote et puis la Wii U pourrait alors profiter un peu de l’intérêt suscité par la 3DS.

Et même sans ça, encore une fois proposer du cross-buy/save ne pourrait être que profitable, ou ne serait-ce qu’un cross-play. Suffit de prendre le cas de Monster Hunter 3 Ultimate dont une bonne partie de l’intérêt reposait sur le fait de pouvoir jouer en ligne avec les joueurs Wii U et 3DS peu importe la plateforme que vous avez. Pourquoi donc avoir fait machine arrière avec le futur Super Smash Bros. ? Certes les niveaux seront différents mais le roster devrait être sensiblement le même et les contrôles similaires donc quel intérêt de les séparer ?

Un manque cruel de third party

Les jeux estampillés Nintendo déçoivent rarement et j’pense sincèrement qu’il n’y a que Nintendo pour vendre du Nintendo mais tout de même, il faut réagir parce que pour l’instant la bibliothèque de jeu n’est pas extraordinaire – si l’on exclut les grosses licences Nintendo bien-sûr qui mériteraient une fois de plus rien qu’à elles l’achat de la console. Mais bon sans non plus demander une bibliothèque énorme, faire un appel du pied aux éditeurs tiers pour apporter de la diversité seraient une bonne idée.

Parce qu’à part Ubisoft qui propose autant de bons jeux que de bouses infâmes sur la console, je n’ai aucun autre éditeur soutenant la Wii U en tête. Déjà revoir la comm’ permettrait peut-être de raviver l’intérêt des autres éditeurs mais le mieux serait p’têt encore de sortir les biftons pour assurer quelques exclusivités. Il y a certes des portages effectués mais souvent trop tardifs, amputé d’une partie de leur contenu ou ne proposant pas d’utilisation du gamepad assez intéressante pour justifier l’achat et c’est pas ça qui va aider le parc de consoles à s’agrandir donc.

Voilà donc la plupart des problèmes qui j’pense ont mené Nintendo à ces temps difficiles mais encore une fois, je ne pense pas que l’on puisse sérieusement déjà prédire de la mort de ce grand constructeur. Ces erreurs peuvent être encore corrigées et la Wii U ainsi que la 3DS sont loin d’avoir démontrée tout leur potentiel. Mais maintenant qu’en pensez-vous ?

Kenny

Étudiant en LEA, blogueur, graphiste WP, buveur de Canada Dry et rédacteur web. J'ai des super pouvoirs aussi.

Une pensée sur “Le cas Nintendo, desespéré ? Mon avis.

  • janvier 25, 2014 à 8:56
    Permalink

    Je te rejoins sur le fait que le choix du nom pour le successeur de la Wii a été clairement mal choisi. Beaucoup de personnes voient la Wii U comme une simple console portable/tablette que l’on peut relier à sa Wii pour jouer et non comme une console de salon. A ce sujet, Nintendo a récemment publié une longue publicité qui finit sur quelque chose du genre « N’oubliez pas de vérifier la présence du « U » sur votre boîte au moment du passage en caisse ! » preuve qu’ils ont enfin compris qu’ils avaient chié quelque part.

    Après c’est clair qu’en 30 ans, Nintendo est assis sur un confortable trésor de guerre qui leur permettra aisément de survivre à ça. Ils doivent être tellement pété qu’ils pourraient même sauter une génération sans mourir, j’en suis quasi-sûr. Et ils ont de quoi rebondir, je leur fais confiance.

    En tout cas, sympa ce petit article \o/

    Répondre

Laisser un commentaire