Scoring déjà présent sur Pong !

Chronique – Les joueurs, ces amoureux des chiffres ! 3


Qu’on se le dise: nous vivons toutes et tous dans un monde de chiffres, de nombres et numéros en tout genre qui nous entourent quelque soit l’endroit où nous nous trouvons, quelque soit le moment et peu importe ce que nous faisons. On y échappe pas, pas même dans nos chers jeux vidéo – et je ne parle pas que de jeux type sudoku – où l’on nous sert pléthore de chiffres auxquels on tient malgré nous car oui, le joueur aime ses chiffres et le fait savoir.

Chronique - Les joueurs, ces amoureux des chiffres !

En effet comme pour énormément de choses dans notre société, le joueur tel un directeur d’entreprise sauvage à la recherche de gros chiffres d’affaires aime quantifier un maximum d’informations et quand je dis « le joueur » cela nous concerne toutes et tous – geek, geekette, gameur, casual et j’en passe. Scoring déjà présent sur Pong !Il suffit de lire un simple test de jeux vidéo: durée de vie, techniques, nombre de niveaux, personnages jouables, tout y passe et l’on est tenté de dire que gros chiffre = gros contenu = fun garanti ce qui est d’une stupidité monumentale – à titre d’exemple souvenez-vous de l’infâme Sonic the Hedgehog 2006: beaucoup de personnages, de missions, de niveaux mais ce contenu monstrueux en a fait une véritable bouse. On en vient même à bouder des jeux vidéo souvent indés car ils ne proposent que des petites durées de vie quand il y a dix ans on prenait notre pied sur des jeux pliés en seulement une heure et coûtant tout de même une blinde à leur sortie.
On a appris à aimer dans une certaine mesure les chiffres en tout genre et se retrouver face à des jeux comme Limbo par exemple qui ne proposent aucune information quantifiée à l’écran en deviennent presque déroutants lorsque l’on commence à y jouer voire particulièrement dérangeants.

 

Bien-sûr les développeurs ont bien compris cet intérêt pour les chiffres qui ont toujours été utilisés dans les jeux vidéo mais qui ont rapidement pris de plus en plus d’importance et sont même devenus des éléments de gameplay à part entière. Bourrin, n'est-ce pas ?Le premier exemple qui vient à l’esprit est bien celui des RPG où les nombres ont une place qui nous semble évidente : peut-on sincèrement qualifier un jeu de RPG s’il n’y a ni point de vie, ni point de magie, que l’on a pas de statistiques, de points d’expérience ou de niveau ? Prenons Disgaea, que serait-il sans ses lvl 9999 et ses attaques/magies qui font des dégâts à 10+ chiffres ? De plus dans ce type de jeu l’optimisation de statistiques est devenu carrément un art à part entière et certain(es) acharné(es) s’attardent même à monter des formules mathématiques toutes plus complexes les unes que les autres pour définir des taux de drop, des tableaux de niveaux…

 

L’on peut aussi citer l’exemple des jeux tournés vers la compétition où les nombres deviennent directement le moteur de la motivation des joueurs et donnent tout l’intérêt à la compét’ en multijoueur. Sérieusement, enlevez tout tableau de score et/ou toute statistique et vous amputez alors une bonne partie de l’intérêt du multi en ligne. Car les chiffres c’est aussi et surtout un bon moyen de montrer aux autres à l’instar de Battle Zboub – avec une fierté souvent ridicule – qu’on a la plus grosse, tout simplement. Enfin viennent les tool-assisted speedrunners passés maîtres dans l’art du maniement des nombres calculant chaque action à la frame près et dont le timer est le plus grand ennemi.

 

Bref, les chiffres nous on les aime et même si de plus en plus de jeux tendent à les écarter pour offrir de nouvelles choses, nos chers nombres font partie intégrante de beaucoup de nos expériences vidéoludique et il est à parier qu’on ne s’en débarrassera pas de sitôt !


Laisser un commentaire

3 commentaires sur “Chronique – Les joueurs, ces amoureux des chiffres !