Je vous propose aujourd’hui une critique d’un jeu que j’avais particulièrement attendu – étant un très grand fan de Sonic – et il s’agit de Sonic Generations, un jeu SEGA donc sorti en novembre dernier pour fêter les 20 ans du hérisson bleu supersonique. Ayant récemment acheté et terminé la version 3DS, j’me suis dit que ça pourrait être sympa de faire d’une pierre deux coups : vous présenter et de comparer les deux versions du jeu (console et portable) dans ce double-test.

 

 

La version PS3, bel hommage

Sonic Generations au-delà de son aspect hommage, était voulu par la Sonic Team comme étant l’épisode qui réunirait enfin les fans des opus 16-bits et les fans des opus 3D, pari réussi ? Je n’en suis pas si sûr pour le coup, certes le fait de redécouvrir des niveaux en 2D et 3D avec le changement de gameplay qui s’en suit est pour moi une très très bonne idée sur le papier mais j’ai beau être un fanboy, je dois tout de même reconnaître que le gameplay pêche un peu.

Pour les phases en 3D on a le droit à un gameplay inauguré dans Sonic Unleashed qui reste inchangé et dont on retrouve les forces et les faiblesses : à savoir une vitesse hallucinante et complètement grisante avec quelques éléments de gameplay sympa comme le homing attack et le spin dash bien évidemment mais aussi les straffes (pas de côté), le grind et les dérapages mais le tout est servi par une maniabilité pas géniale avec un Sonic vraiment hard à diriger – une fois qu’il est lancé comme une fusée, c’est même pas la peine d’essayer, à moins de straffer vous serez très souvent collé soit à gauche, soit à droite de l’écran. Concernant les phases en 2D, je dirais qu’elles sont plutôt bonnes même si la physique me dérange un peu, elle est pas mauvaise hein mais j’ai vraiment l’impression que les développeurs n’ont pas réussi à véritablement retranscrire les sensations de jeu proposées dans les opus Megadrive et ça c’est vraiment dommage, d’autant que le même constat s’impose pour Sonic 4 Episode II sorti cette année.

 

Je ne parlerai pas du scénario quasi-inexistant qui ne sert finalement qu’à donner un prétexte à cet hommage, par contre au niveau de la réalisation artistique c’est du tout bon ! Tout d’abord, il faut dire que le jeu est visuellement très agréable avec des environnements que l’on prend plaisir à redécouvrir dans une nouvelle dimension M’enfin le level design reste quand même très soigné et fouillé avec des backgrounds bien détaillés.

Au niveau de la bande-son rien à dire, on retrouve tous les grands themes d’antan remastérisés avec aussi une version remixée pour les niveaux, une sélection qui saura ravir tous les fans du hérisson bleu et surtout je tiens à souligner que pour la première fois dans la licence on a enfin le droit à un doublage français (!) – qui je pense doit être en grande partie le même que pour Sonic X – et même s’il n’est pas extraordinaire, reste sympa (j’aime bien la voix française de Knuckles).

Je conclurai enfin par le contenu en lui-même : même si le choix des niveaux n’est pas toujours pertinent et qu’on a un peu de redite – on avait assez avec City Escape, il était p’têt pas nécessaire de nous mettre Speed Highway et encore moins Crisis City – on a tout de même une bonne petite sélection de 9 niveaux (de deux acts chacun)  avec aussi 3 boss principaux – mention au Death Egg Robot – et 3 boss « rivaux » bien classes. Alors évidemment je regrette que certains niveaux et boss emblématiques ne soient pas là – SEGA voilà une bonne occasion de nous faire des DLC ! – et que pour le coup ça nous donne une durée de vie plutôt moyenne mais c’est sans compter sur tout le contenu annexe vraiment sympathique car on trouve des modes online mais aussi pas mal d’illustrations et de musiques à débloquer en récoltant tous les rings étoilés et en accomplissant les nombreux défis spéciaux qui vous invitent à accomplir différentes missions telles que « arriver à la fin du niveau avec Knuckles » ou « réussir à atteindre l’arrivée en utilisant Amy », etc. A savoir aussi qu’il y a une boutique in-game dans laquelle vous pouvez acheter de nouvelles compétences mais aussi une « manette megadrive » qui vous permet tout bonnement de jouer à la version complète de Sonic The Hedgehog, un p’tit cadeau pertinent et vraiment classe de la part de la Sonic Team.

 

La version 3DS, version du pauvre ?

Lorsque l’on lance la version 3DS on a le droit à une ribambelle de petites déceptions qui s’accumulent et viennent nous montrer qu’on joue réellement à une version inférieure du titre : un menu tout ce qu’il y a de plus classique vient remplacer le hub, les cinématiques ont toutes étés remplacées par des dialogues textuels à la Sonic Rush avec même une absence de doublage – on a simplement le droit à des « hey! » et « salut! » – et le jeu se retrouve aussi amputé de 2 niveaux.

Et tout ça n’est rien comparé au gameplay de cet épisode 3DS qui vient tout simplement donner un gros coup de tronçonneuse à l’originalité de Sonic Generations car si on a aussi le droit ici à un jeu alternant séquences avec Modern Sonic et séquences avec Classic, le gameplay reste lui identique pour les deux : à savoir de la plateforme 2D. Seuls certains plans en vue 3D et l’absence de boost pour Classic Sonic viennent distinguer les deux modes car on a rapidement le droit à une petite aberration : Classic Sonic gagne rapidement le homing attack, l’aptitude qui n’a absolument rien à faire dans l’ère classique.

 

Enfin le jeu n’est pas non plus une daube pour autant. Il a le mérite de proposer des niveaux, des ennemis et des boss différents… de quoi faire plaisir aux fans qui n’ont pas vu leur niveau préféré dans la version console – j’étais bien content de retrouver Mushroom Hill de Sonic & Knuckles. Et contrairement à la version console où l’on récupérait les émeraudes en battant les boss, ici on les chope dans des special stages similaires à ceux de Sonic Heroes ce qui est un ajout bienvenu.

Et puisque l’on est dans une version 3DS, on a aussi le droit à un mode VS en local et un mode streetpass permettant de s’échanger des cartes de visites customisable où l’on indique son jeu Sonic préféré, ses rangs sur chaque niveaux, etc. Sinon on retrouve aussi les bonus à débloquer (images, figurines & musiques) dans des missions comme dans la version console sauf qu’ici les bonus sont différents – merci d’avoir pensé aux gens qui ont acheté les deux versions – et que si on à la flemme de compléter les missions pour les débloquer, on peut tout simplement les acheter avec des pièces de jeu 3DS – comme quoi elles ne servent pas qu’à Mii en péril.

 

Le mot de la fin

Pour conclure je dirais que malgré les problèmes de gameplay qu’il traîne et sa durée de vie faiblarde à première vue – pitié faites-nous des DLC -, Sonic Generations demeure un bon jeu et un joli cadeau d’anniversaire pour notre hérisson bleu préféré. Après si vous ne deviez en choisir qu’une version je vous conseillerais fortement de prendre la version console de salon qui est nettement supérieure en tout point à la version portable, néanmoins sachant que vous pouvez trouver la version 3DS aux alentour de 15€ neuf, si vous êtes fan du hérisson bleu et que vous pouvez vous le permettre, n’hésitez pas non plus à le prendre aussi car il reste tout de même sympa à jouer – et c’est un bon moyen pour les plus jeunes d’avoir un aperçu de l’âge d’or de Sonic.