Le syndrome Icare #1 – La licence Ape Escape 3


Nouvelle semaine, nouvelle rubrique… J’ai toujours aimé en apprendre plus sur la vaste culture vidéoludique et c’est pourquoi j’me suis dis qu’on pourrait aller explorer un peu ensemble ce domaine-là – et puis ça me permet aussi de vous proposer autre chose que mes habituels tests –  avec une toute nouvelle rubrique : Le syndrome Icare.

 

Le syndrome Icare a pour but de vous faire découvrir ou redécouvrir des licences vidéoludiques qui ont connu leur moment de gloire avant de se perdre et de tomber dans l’oubli collectif – certaines pour un temps avant de revenir sur le devant de la scène une fois de plus, d’autres pour toujours.

 

 

Pour ce premier numéro, on va s’attaquer aujourd’hui à une saga que j’apprécie beaucoup, une licence japonaise originale qui aura fait les beaux jours de la Playstation : Ape Escape.

 

 

Une trilogie à succès

 

Le premier jeu est sorti en juillet 99 chez nous (juin au Japooooooon) sur la Playstation et s’est très vite fait remarqué par sa spécificité, à savoir qu’il n’était jouable qu’avec une manette Dualshock, c’est-à-dire une manette pourvue de deux sticks analogiques qui étaient au cœur du gameplay. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le titre, le but était de capturer des singes cachés dans différentes époques de notre histoire – de la préhistoire à aujourd’hui – afin de les empêcher de foutre le bordel et de faire des humains les esclaves de leur chef primate : Specter. Pour accomplir notre quête on avait le droit à différents gadgets – allant du filet à la voiture télécommandée explosive en passant par le sabre laser – que l’on utilisait avec le stick de droite ce qui avait surpris les joueurs, le stick étant généralement utilisé pour la caméra – même de nos jours.

 

 

Bref le jeu a rencontré un bon succès du fait de son très bon gameplay, son gros contenu – j’me souviens qu’à l’époque il m’avait fallu pas mal de temps pour tout finir à 100% – et de son ambiance totalement déjantée où l’on trouvait beaucoup de références parodiées par les singes complètement barges qui sont devenus rapidement des mascottes pour la Playstation.

Vient ensuite le 2e opus sur Playstation 2 en 2003 chez nous qui reprend les grandes bases de son aîné, un épisode que j’ai trouvé sympa mais que j’ai personnellement trouvé moins bon que le premier malgré les nouveaux gadgets, l’ambiance avec l’apparition des « Cinq Cinglés » – les gardes bien tarés de Specter – et le passage au 128-bits.

Est arrivé enfin en 2006 Ape Escape 3 qui est pour moi le meilleur de la série pour son ambiance niaise super classe : les singes ont décidé d’asservir les humains en diffusant exclusivement des feuilletons simiesques à la télé, ce qui permet au titre donc de jouer avec tous les codes du cinéma et de nombreuses références aux westerns-spaghettis ou aux films de science-fiction par exemple – si je me souviens bien, il y a carrément une Etoile Noire. De plus le jeu possédait une OST géniale collant parfaitement aux différents environnement et surtout, il apportait aussi une réelle nouveauté : les transformations qui permettaient de rafraîchir un peu le gameplay. Le jeu avait aussi un mode bonus très sympa appelé Mesal Gear Solid, une parodie du premier Metal Gear Solid où l’on incarnait Pipo Snake, sosie simiesque de Solid Snake.

 

 

 

Quand le Japon nous snobe

 

 

Si vous avez fini Ape Escape 3, vous reconnaîtrez sûrement cette vidéo intrigante que l’on débloquait une fois le jeu fini à 100% et à laquelle le ne comprenait rien à l’époque et pourtant il s’agissait d’un teaser pour un spin-off qui n’est sorti qu’au Japon et aux Etats-Unis : Ape Escape Pumped and Primed, un party-game à la sauce Sony. Pour le coup je n’ai pas grand-chose à dire dessus si ce n’est que l’on se retrouvait devant un party-game très bien reçu des joueurs, organisé en tournoi dont chaque tour se terminait par un combat à 4, voire contre un boss, et que c’était justement ce nouveau système de combat bien loin du gameplay habituel de la série qui faisait la force du jeu.

 

Le fait d’avoir été snobé par Sony et de ne pas avoir la chance de jouer à AE:P&P en France aurait pu être anecdotique en soi car après-tout ce n’est qu’un party-game qui n’aurait probablement pas eu de chance face au mastodonte qu’est Mario Party néanmoins la société japonaise n’a pu s’empêcher de nous faire ce même coup tordu avec un nouveau spin-off de la série : Ape Escape Million Monkeys.

 

 

Il faut savoir qu’Ape Escape Million Monkeys n’est pas qu’un simple spin-off, c’est probablement LE titre qui se démarque le plus des dérivés de la trilogie principale et pour moi, l’un des meilleurs titres de la licence. Le gameplay était génial puisqu’il s’agissait d’un mix entre celui de la série principale plutôt orientée plateforme (on retrouve nos gadgets et le but est toujours de capturer les singes) et celui d’Ape Escape Pumped and Primed donnant un côté action au jeu (on retrouve le même système de combat et l’on trouve plus d’armes à notre disposition). Le jeu proposait deux modes histoires : le mode Kakeru (Spike en VF) où l’on devait arrêter les aliens, Specter et capturer les singes ainsi que le mode Specter où l’on devait arrêter l’alien qui se faisait passer pour Specter et qui avait pris le contrôle des singes pour envahir le monde.

 

 

Le titre a eu un très bon accueil au Japon et a été acclamé par les critiques de par le monde, pourtant il n’est jamais parvenu ni aux Etats-Unis, ni en Europe ce que je ne comprends pas du tout. Peut-être était-ce à cause de son univers un peu moins loufoque et le fait qu’il se destinait à un public plus âgé, ou peut-être était-ce encore à cause des spin-off tout pourri qu’ils nous ont proposé à côté ?

 

 

Des épisodes très moyens

 

En effet, si l’on a pas eu le droit de goûter aux deux derniers épisodes PS2, Sony Computer Entertainment s’est tout de même acharné à nous fournir des épisodes sans intérêt sur sa portable : la PSP. On a tout d’abord eu le droit à un portage du premier épisode intitulé Ape Escape P, un portage qui n’a pas du tout marché pour plusieurs raisons : il souffrait de ralentissements, il n’était pas agréable à l’œil et surtout, le gameplay ne tenait plus la route faute à un second stick absent. (WTF !?) Déjà quand on voit qu’ils nous portent un jeu dont l’originalité et le gameplay reposait dans l’utilisation du stick analogique droit sur une console où il n’y en a pas et sans même mettre les graphismes à jour, on pouvait se demander ce qu’il se passait dans la tête du géant japonais qui ne s’est pas arrêté là.

 

 

SCE nous a par la suite pondu deux party game plutôt mal accueillis : Ape Escape Academy, le problème étant d’une part que les party game sont pas vraiment adapté aux consoles portable et d’autre part car ces deux titres étaient très très pauvres et peu intéressants.

 

Enfin alors que l’on s’attendait à un nouvel opus de la série principale sur la PS3, v’là-t’y pas qu’ils nous sortent Ape Escape Move, ouaiiiis génial un nouveau jeu estampillé MOVE essayant de tirer profit de la licence pour promouvoir la Wiimote de chez Sony, bref on s’est de nouveau retrouvé avec un jeu daubique avec un gameplay sur rail proposant peu de contenu et nous offrant même une histoire dénuée de fun complètement bidon qui dénature en plus le personnage de Specter.

 

 

Ape Escape est donc une série avec un grand potentiel à exploiter mais qui a pris cher, faute à une stratégie de marketing bizarre de Sony Computer Entertainment qui ces derniers temps ne nous ont pas proposés les bons épisodes. J’attends un nouvel épisode qui puisse nous proposer un bon gameplay et surtout où l’on retrouve tout le contenu et l’ambiance complètement barge des anciens opus – ou alors un rachat par Nintendo. *SBAM!*

 

En tout cas j’espère que cette nouvelle rubrique vous aura plu et qu’elle vous aura donné envie de (re)jouer à cette super série que je ne peux que vous conseiller d’essayer si ce n’est pas déjà fait, l’ambiance est enfantine mais vraiment amusante et excellente.


Laisser un commentaire

3 commentaires sur “Le syndrome Icare #1 – La licence Ape Escape

  • Tomsowhat

    Excellente nouvelle catégorie j’adore ce genre d’article rétrospectifs 🙂 (tu en découvriras d’ailleurs un sur mon blog sur la série Puyo Pop)

    En lisant ton article j’ai envie de m’acheter Ape Escape premier du nom et de me le refaire ! J’espère que tu es fier de toi !!

    Très bon boulot ! A très bientôt pour un deuxième épisode j’espère 😀

  • Meporg

    Il était vraiment bien cet article. Tu m’as replongé dans ma chambre sous les toits avec ma grosse télé à tube cathodique et sa PS1 juste à côté ! Vraiment j’ai rêvé pendant la lecture et je vais retrouver un exemplaire du premier du nom ! Le truc que je me souviens et qui me faisait péter un plomb, c’était ce moment oú tu étais juste á côté de ton putain de singe. Que tu lui balancais un gros coup de filet et que NON ! Tu l’avais raté ! Ha j’avais envie de la casser cette manette !
    Enfin merci pour ce retour en arrière.

    • Kenny Auteur de l’article

      Merci beaucoup, ‘suis content que cet article t’ait plu et te donne envie d’y rejouer ! 🙂
      Le coup du filet dans le vide ça avait le don de m’énerver aussi, le pire c’est dans Ape Escape 3 où ils te foutent un vieux ralenti, tu crois que tu l’as chopé et là il t’esquive à la dernière seconde !