SR3

Impressions – Saints Row The Third (PS3)


Je vous en parlais dans mon premier unboxing, Saints Row the Third était un achat obligatoire pour un fan de la série comme moi et c’est chose faite avec cette édition platinum. Alors, ce jeu de THQ est-il toujours aussi fun que le précédent opus ? Et mérite t-il toujours sa place de leader dans le genre des GTA-like ?

 

L’absurde à l’état pur

Pour commencer il faut dire que ce qui a toujours démarqué la série Saints Row des autres GTA-like est principalement toute l’absurdité dégagée du jeu. Et il faut dire que si le 2ème opus était déjà bien déjanté, la suite place la barre encore plus haut et nous propose des choses totalement barges telles que le *ehem* Penetrator (sorte de katana dont la lame a été remplacée par un sextoy géant) *ehem* qui a marqué pas mal de joueurs dans la bande-annonce, la panoplie du professeur Genki (le lance-poulpe, la « man-apulte » ou les épreuves du professeur) et j’en passe.

 

Ce côté complètement barré et à fond dans l’excessif s’installe d’entrée de jeu puisque l’on commence tout bonnement par un braquage où à la place d’une cagoule on se retrouve à porter une énorme tête de Johnny Gat, un braquage qui prend des proportions folles lorsque l’on se retrouve sur le coffre de la banque, dans les airs, à dézinguer comme on peut des hélicoptères et des hordes de policiers. Par la suite vous vous retrouverez dans des situations totalement improbables comme une invasion de zombies, un gunfight en chute-libre, face à un monstre dans un monde virtuel où votre personnage se retrouve transformé en cuvettes de toilette…

 

Un gameplay bien rodé

Côté gameplay, ça n’a pas spécialement changé, on garde les mécaniques du précédant opus et donc celles des GTA-like habituels tout en y ajoutant plus de punch. Maintenant il faut utiliser les deux gâchettes pour se battre au corps à corps dans un QTE bien sympa, on peut aussi sprinter et appuyer sur une gâchette à l’approche d’un passant pour voir son personnage faire une prise de catch en plein vol pour ensuite nous faire une pose. Même constat pour le vol de véhicule : courrez, appuyez sur la touche d’action et le personnage saute directement dans la voiture en éclatant au passage le parebrise, des petites gains de temps bienvenus.

 

Un jeu plein de possibilités mais peu d’innovations

Nouveaux graphismes, nouvelle histoire, nouvelle ville mais du reste peu de nouveautés finalement. Les deux seules grandes nouveautés sont le fait de pouvoir acheter divers bâtiments qui vous donneront un revenu horaire et la possibilité d’upgrader son personnage grâce à des améliorations à acheter comme l’augmentation de la barre de vie, le rechargement plus rapide des armes et j’en passe. Le mode coop est de nouveau de la partie et un nouveau mode de jeu fait son apparition puisqu’il s’agit du mode Horde dont la particularité n’est pas de nous faire combattre des zombies mais des prostituées, je vous laisse juger ce mode.

 

Je regrette néanmoins certaines petites disparitions: adieu à la personnalisation totale des planques et habitations, on ne peut plus s’amuser à arracher des cabines téléphoniques pour taper sur les autres (ce qui était totalement stupide mais super drôle)…

 

Pour conclure, je dirais que Saints Row the Third s’est révélé à la hauteur de mes attentes, toujours dynamique et super amusant, il saura ravir tous les fans des GTA-like mais aussi les gens cherchant un jeu sans prise de tête et doté d’une bonne durée de vie. D’autant plus que si vous achetez le jeu neuf et activez votre code online, vous aurez droit à un téléchargement gratuit de Saints Row 2 sur votre console donc pourquoi s’en priver ?

Laisser un commentaire